Six of Crows, tome 1

Six of Crows

six of crows
Résumé :

Ketterdam, plaque tournante du commerce international où tout peut être acheté si on y met le prix - personne ne sait ça mieux que le criminel Kaz Brekker. Kaz se voit offrir une chance à un cambriolage mortel qui pourrait le rendre riche au-delà de ses rêves les plus fous. Mais il ne peut y arriver seul...
Un condamné ayant soif de vengeance.
Un tireur d'élite accro aux jeux d'argent.
Un fugitif au passé privilégié.
Un espion appelé le spectre. 
Un Heartrender utilisant sa magie pour survivre dans le bidonville.
Un voleur avec un don pour les évasions les plus improbables.

L'équipe de Kaz est la seule qui pourrait faire obstacle entre le monde et sa destruction, s'ils se s’entretuent pas avant.



Si on oublie la couverture absolument magnifique, ce livre me faisait envie parce que je n'en entendais que du bien. Il a provoqué des coups de cœur en série et je me suis donc naturellement rendue en librairie pour me le procurer.

La narration est originale : il n'y a pas de point de vue omniscient mais le point de vue de chacun des personnages suivant les différents chapitres. Ces points de vue sont alternés, laissant le lecteur suivre l'histoire sous plusieurs angles. Je ne le conseille pas forcément à une personne qui se lancerait dans la fantasy pour la première fois car l'univers est un poil complexe et c'est bien de se familiariser avec des mondes plus simples avant de commencer cette lecture. Mais, passé le premier chapitre, l'aventure commence et si on est concentré, on s'adapte bien à ce qui est décrit.

Je l'ai lu en deux jours, les pages se tournaient sans effort, la plume était simple et belle, c'était très agréable à lire mais quand j'ai refermé le bouquin, j'ai eu l'impression de ne pas avoir été entièrement satisfaite. On nous promet des malfrats et des hors-la-loi presque sans morale et je m'en faisais l'idée d'antihéros auxquels on s'attacherait quand même. Eh bien non, ce sont "juste" des héros... Ils sont loyaux, ils s'aiment, ils sont en conflits mais ils s'aiment quand même. Ils sont jeunes aussi, entre 16 et 17 ans. Qu'ils soient dans le banditisme et la corruption dès l'adolescence ça donne un bon point à l'histoire, qui décrit les conditions cruelles dans lesquelles chacun s'est retrouvé empêtré. Il est vrai que je les aurais vu plus âgés, mais leur maturité adulte est logique au vu de leur situation. Il y a aussi des passages qui m'ont fait levé les yeux au ciel, à cause de la romance sous-jacente entre deux couples du roman. Cette romance est tout à fait justifiée et très belle, mais mince ! Les personnages se donnent tous les signes flagrants d'un amour beau, fort et réciproque mais non... Pour une fierté mal placée... Rendez-vous dans le second volume j'imagine.

La trame du récit est somme toute assez classique : un groupe de personnes s'en va réaliser une quête qu'eux seuls peuvent accomplir, c'est un peu du déjà-vu mais on se laisse embarquer sans difficulté. Par contre, à trois reprises dans le texte, j'ai eu du mal à me représenter les lieux et ce qu'il s'y passait. Tout me paraissait un peu flou et c'est dommage parce que c'étaient des moments bourrés d'action. La fin de ce tome 1 ne m'a pas vraiment "laissée sur les fesses" comme je l'ai entendu souvent, mais ça donne envie de lire le second. Je n'en ressens pas le besoin pressant et ce sera sûrement un jour, mais pas maintenant. Ce que j'ai adoré par contre tient en un paragraphe vers la fin, et ça rehausse l'avis que j'ai sur cet ouvrage. Il s'agit du conflit entre Wylan et son père qu'on ne saisit pas du tout au début et qui prend sens à la fin. C'était du jamais-vu pour ma part et ça a été une véritable surprise.
Un bon livre donc, qui n'est pas le roman fantasy de siècle pour ma part, qui m'a laissée dans le flou à certains moments mais qui réserve de belles surprises et une agréable lecture.


Note: 15/20

Je vous souhaite à tous de bonnes lectures !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Nom du Vent de Patrick Rothfuss

L'épouvanteur, tome 13 : La Revanche de l'épouvanteur